Cecobois

Parement en bois massif

Il existe une gamme très étendue de motifs et de finis de parement, permettant une multitude de possibilité aux concepteurs. On utilise divers essences de résineux canadiens pour la fabrication de parements.

  • Le cèdre blanc de l’Est
  • Le pin blanc
  • Le pin gris
  • L’épinette
  • Le pin rouge
  • Le cèdre rouge de l’Ouest
  • Le pin de Murray
  • Le Douglas

On emploie fréquemment le cèdre rouge de l’Ouest car cette essence possède une excellente stabilité dimensionnelle, une résistance naturelle à la pourriture, elle adopte une teinte remarquable en vieillissant et possède une bonne capacité de rétention des peintures et des teintures. D'autres essences moins connues comme le mélèze peuvent également être utilisées dans la fabrication des revêtements.

Les parements de bois sont offerts en différentes longueurs allant de 1,22 à 4,88 m (4’ à 16’) et en largeurs de 89 mm à 140 mm (4" à 6"). Les épaisseurs sont de 12,5, 15,9 et 19 mm (½", ⅝" et ¾").

On distingue quatre types de parement. Les parements à joints à feuillures et les parements à rainures et languettes se posent selon le principe d’emboîtement. Les parements à clin se posent en recouvrant le rang inférieur et les parements à couvre-joint s’utilisent à la verticale.

Types

  • Parements à gorge (à feuillure, à chevauchement, mi-bois, à recouvrement ou imbriqués)
  • Parements à rainures et languettes (à joints en V): pose avec emboîtement
  • Parements à clin: pose en recouvrant le rang inférieur
  • Parements à couvre-joint: pose à la verticale

Photos: Maibec

Garanties

Les garanties offertes sur les revêtements extérieurs vont jusqu'à 50 ans sur le produit et jusqu'à 15 ans renouvelables sur les teintures opaques.


Parements en bois torréfié

Ces revêtements ont subi un traitement du bois à haute température pendant plusieurs heures, en l’absence d’air et en autoclave, sans l’ajout de produit chimique. Le bois, une fois chauffé sous pression, résiste aussi bien à la pourriture que le bois traité chimiquement ou que le cèdre rouge de l’Ouest.

Le bois est soumis à une augmentation graduelle de température dans des fours aux portes scellées jusqu’à ce qu’il atteigne 0 % d’humidité (pendant environ 20 heures, jusqu’à une température allant de 130 à 180 oC, selon les fabricants). La température est ensuite haussée pour donner le coloris final au bois. Le processus dure de 8 à 12 heures, à une température de 200 à 220 oC, selon le fabricant, l’essence de bois et le fini désiré. Par la suite, le bois est humidifié pour lui redonner une flexibilité et pour faciliter la manipulation.

Lorsque le bois est soumis à une très haute température, une grande partie de l’hémicellulose et de la lignine est détruite, ce qui réduit la nourriture offerte aux champignons et aux insectes. La torréfaction procure au bois une coloration foncée, diminue la possibilité d’absorption d’eau et rend le bois moins vulnérable aux intempéries et à l'humidité. Les garanties offertes vont jusqu’à 60 ans sur le produit.

Le procédé de torréfaction donne au bois une couleur de caramel à chocolat, et ce, à toute la matière, autant en surface qu’en profondeur. Le bois pâlissant lors d’une exposition aux rayons UV, un sablage de la surface permet de retrouver la couleur initiale. Pour que le bois ne pâlisse pas sous l’effet des rayons UV, il peut être enduit d’une protection, généralement une teinture opaque ou semi-opaque. Plusieurs essences québécoises peuvent être torréfiées. Comme le procédé ne fait appel à aucun produit chimique, le bois torréfié peut être récupéré pour de la production d'énergie ou incinéré en fin de vie.


Parement en bois
Photo: Revêtements Maibec

Environnement:

Comme les autres produits ligneux, les revêtements en bois permettent d'éviter l'émission de gaz à effets de serre lorsqu'ils sont substitués à d'autres matériaux. Voir la page sur l'analyse du cycle de vie.


Bardeau de cèdre

Le bardeau de cèdre est un revêtement très durable. Cette essence a la capacité de résister naturellement à la pourriture et aux insectes. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de lui appliquer un traitement de préservation, à moins d’être en présence de conditions atmosphériques très défavorables. Un traitement à l’arséniate de cuivre chromaté peut être appliqué sur les bardeaux de cèdre employés sur les toits afin d’augmenter leur longévité.

On trouve deux types de bardeaux de cèdre, soit les bardeaux de sciage et les bardeaux de fente. Les bardeaux de sciage on une surface lisse tandis que les bardeaux de fente proviennent du fendage du bois dans le sens du fil et, par conséquent, ils ont au moins une face striée. On utilise les deux types comme revêtement de murs ou de toits et le choix du type dépend de l’apparence désirée. De plus, les bardeaux de sciage sont offerts en une grande variété de motifs de coupe et de couleurs.


Barbeaux de cèdre de couleur
Photo: Revêtements Maibec

Les exigences de sécurité incendie peuvent être satisfaites en employant des bardeaux de cèdre ayant subi un traitement d’ignifugation sous pression.


Contreplaqué et panneaux durs

Les contreplaqués

Les contreplaqués sont généralement employés comme revêtement de charpente, mais ils peuvent également être utilisés comme parement extérieur. Il existe en effet des contreplaqués spécialement conçus pour la finition extérieure. Ils peuvent être texturés et offerts dans plusieurs motifs différents. Ces contreplaqués sont à la fois esthétiques et efficaces sur le plan de la résistance et de la rigidité.

On trouve deux grandes catégories de finis de contreplaqué. Il y a les contreplaqués de qualité poncée et les contreplaqués de qualité non poncée. Les contreplaqués non poncés sont généralement utilisés comme revêtement de charpente ou produit de sous-finition, mais ils peuvent aussi servir de revêtement de finition pour donner une certaine apparence rustique. Pour ce qui est des contreplaqués de qualité poncée, ils sont offerts poncés des deux côtés ou d’un seul côté, selon l’usage qu’on veut en faire. Les contreplaqués de qualité poncée sont utilisés pour obtenir une apparence de grande qualité.

Il y a finalement les contreplaqués à revêtement de densité moyenne (CRDM). Ceux-ci sont spécialement conçus pour l’extérieur car ils possèdent un revêtement leur permettant de résister aux intempéries. Ils ont une surface lisse qui convient bien aux peintures. Les contreplaqués à revêtement de densité moyenne sont durables et nécessitent peu d’entretien.

Panneau dur

Le panneau dur est constitué de fibres de bois très dense. Celui-ci résiste bien à l’humidité en raison du scellant à base de résine qu’on lui applique. Son fini convient bien aux peintures et est très durable.

On trouve également sur le marché des panneaux dont le cœur est un panneau de copeaux orientés (OSB). Les faces de ces panneaux sont recouvertes d’un produit à base de résine lui donnant la couleur et la texture du bois.