Cecobois

Les constructions à ossature de bois permettent de nombreuses possibilités d’isolation, de l’installation d’isolant en nattes jusqu’à la pulvérisation de produits écologiques. Le bois d’œuvre comme matériau a une résistance thermique d’environ 0,3 RSI pour 25 mm (1,5 R/pouce). Comme il est moins conducteur que l’acier et le béton, ses performances thermiques sont supérieures et les risques de condensation entre les éléments structuraux et l’isolant sont moins grands.

Un avantage des systèmes de construction à ossature légère en bois est qu’il est possible d’installer l’isolant directement dans la cavité murale entre les éléments porteurs et à l'extérieur, évitant ainsi la construction d’un double système « poteaux-panneau mural isolé ».

Résistance thermique de différents murs à ossature de bois
Composition murale RSI R
  • Revêtement extérieur en clin de bois 12 mm
  • Espace d'air 25 mm (1 po)
  • Pare-intempéries
  • Contreplaqué ou OSB 9,5 mm
  • Montants 38 x 140 mm à 400 mm c/c (2 x 6 po à 16 po c/c)
  • Isolant en natte 140 mm (5 1/2 po) RSI 3,36 (R 19,1)
  • Pare-vapeur / pare-air combiné
  • Fourrures 19 x 64 mm (1 x 3 po) 
  • Gypse 13 mm (1/2 po) 4,97 28,3
4,17 23,8
  • Revêtement extérieur en clin de bois 12 mm
  • Espace d'air 25 mm (1 po)
  • Pare-intempéries
  • Panneaux de polystyrène à faible perméance 25 mm (1 po) RSI 0,88 (R 5,0)
  • Montants 38 x 140 mm à 400 mm c/c (2 x 6 po à 16 po c/c)
  • Isolant en natte 140 mm (5 1/2 po) RSI 3,36 (R 19,1)
  • Pare-vapeur/pare-air combiné
  • Fourrures 19 x 64 mm (1 x 3 po)
  • Gypse 13 mm (1/2 po) 
4,97 28,3
  • Revêtement extérieur en clin de bois 12 mm
  • Espace d'air 25 mm (1 po)
  • Pare-intempéries
  • Panneaux de polystyrène expansé à faible perméance 50 mm (2 po) RSI 1,51 (R 8,6)
  • Contreplaqué ou OSB 9,5 mm
  • Montants 38 x 140 mm à 400 mm c/c (2 x 6 po à 16 po c/c)
  • Isolant en natte 140 mm (5 1/2 po) RSI 3,36 (R 19,1)
  • Pare-vapeur/pare-air combiné 
  • Fourrures 19 x 64 mm (1 x 3 po) 
  • Gypse 13 mm (1/2 po) 
5,68 32,4

Note − Ces informations sont données à titre indicatif, elles ne tiennent pas compte de la résistance thermique effective (ponts thermiques) et elles ne constituent pas des recommandations de conception murale. 

Selon le Règlement sur l'économie de l'énergie dans les nouveaux bâtiments, la construction de bâtiments à ossature de bois ne requiert pas d'augmenter l'isolation pour diminuer l'impact des ponts thermiques, ce qui est le cas des bâtiments à ossature métallique. L'augmentation de l'isolation demandée est de 20% pour les éléments métalliques constituant un pont thermique.

Dans la méthode standard d'essai pour la performance thermique des matériaux de construction et des assemblages, la norme ASTM C1363, la quantité de membrures d’ossature incorporée dans la surface du mur, communément appelée « facteur de charpente » (framing factor), est d’environ 14 %. Certaines études démontrent que ce facteur est plutôt autour de 25 % dans les petits bâtiments1. L’ossature des bâtiments est très importante dans la transmission de chaleur et c’est pourquoi la sélection du matériau prend également une place essentielle dans la conception d’un immeuble efficace et à faible consommation.

Valeur R et coefficients de l'effet de charpente à 14 % dans les murs à ossature bois et métal
(400 mm c/c avec fourrures)
Valeur RSI (m2°C/W) Coefficient de l'effet de charpente (%)
Bois Métal Bois Métal
1,9 1,09 17,2 52,7

L’importance de la charpente dans la performance thermique des murs est mise en évidence lorsque l’on observe les valeurs thermiques réelles des murs au cours de tests en laboratoire.

Comparaison des valeurs RSI de murs à ossature bois et métal
(sans isolant extérieur)

Source : J. Kosny (1995), Comparison of Thermal Performance of Wood Stud and Metal Frame Walls Systems

Le concepteur d’immeubles commerciaux a tout intérêt à utiliser le bois comme matériau de structure et même comme matériau isolant afin de diminuer les coûts liés à la dépense énergétique ainsi que l’empreinte écologique du projet.

1. Azam Mohiuddin Syed and Jan Kosny (2006), Effect of Framing Factor on Clear Wall R-value for Wood and Steel Framed Walls