Cecobois

Un mètre cube de bois évite l'émission de 1,1 tonne de CO2 si on le subsitue à d'autres matériaux.

L'analyse du cycle de vie est une méthode scientifique reconnue internationalement qui permet de mesurer l’impact sur l'environnement d’un produit « du berceau au tombeau ». Elle mesure l'énergie nécessaire et les incidences sur l'environnement des opérations d'extraction de la matière première, du transport, de la fabrication, de l'installation, de l'entretien, de la démolition jusqu'au recyclage du produit en fin de vie. Les analyses de cycle de vie indiquent que les produits de bois pour la construction de bâtiment ont une empreinte environnementale nettement moindre comparativement aux autres matériaux. Le procédé de fabrication du bois de construction requiert beaucoup moins d’énergie et est beaucoup moins polluant que celui de l'acier ou du béton qui a davantage d’impacts sur l’environnement. 

Cycle de vie des matériaux de construction
Figure : Ressources naturelles Canada.

Les outils d’analyse du cycle de vie tels que BEES (Building for Environmental and Economic Sustainability) et ATHENA Environmental Impact Estimator (EIE) sont des instruments qui facilitent la prise de décisions en matière d’environnement au moment de choisir un matériau de construction.

À titre d'exemple, une étude comparative réalisée avec le logiciel ATHENA indique que les émissions de gaz à effet de serre (en équivalent d’émissions de CO2) d’une poutre de 7,3 m de portée sont moindres pour la poutre en bois que pour celle en acier ou en béton.

Équivalent d'émission de CO2 d'une poutre de 7,3 mètres de portée supportant une surcharge non-pondérée de 14,4 kN/m

Une évaluation récente du cycle de vie effectuée par le CORRIM a comparé les incidences sur l'environnement de maisons construites en bois, en acier et en béton. Cette étude indique que l'utilisation de l'acier ou du béton au lieu du bois contribuait à générer respectivement 26 % et 31 % plus de gaz à effet de serre dans l'atmosphère (The Environmental Performance of Renewable Materials in the Context of Residential Building Construction. (CORRIM) 2005).

Selon une autre analyse du cycle de vie menée conjointement par la National Wood Flooring Association et l'Université du Wisconsin, on remarque que la fabrication des revêtements de planchers en bois est beaucoup moins polluante que celle du tapis ou du linoléum. En plus d'être moins énergivore, la fabrication du bois de plancher dégage peu ou pas de méthane, d'oxide d'azote et nécessite nettement moins d'eau (Analyse du cycle de vie de la National Wood Flooring Association).

Rappelons que le bois est une ressource renouvelable aménagée de façon durable au Québec et qu'en fin de vie les produits du bois peuvent être réutilisé dans de nouveaux bâtiments ou recyclés en divers sous-produits comme pour la fabrication de panneaux de fibres agglomérées, la production de paillis ou la production de bioénergie.

Sources