Prix Excell sans2013 Logo

Résistances mécaniques

Flexion

Selon des principes de base d’ingénierie, un couple de flexion est le résultat d’efforts de compression et/ou de traction excentriques par rapport à l’axe neutre d’un élément. Puisqu’il résiste très bien à la compression et à la tension axiale, le bois est donc également efficace en flexion.

 

 

À titre d'exemple, la résistance en flexion d'une pièce de bois de charpente légère du groupe d'essence EPS no 1/no 2 est de 11,8 MPa tandis qu'un bois classé MSR 2100Fb-1.8E possède une résistance en flexion de 30,4 MPa. Les bois d'ingénierie structuraux tels que les bois de charpente composites (LVL, PSL et LSL) possèdent des résistances en flexion grandement supérieures au bois de sciage traditionnel et peuvent aller de 20 à 35 MPa.

 

Cisaillement

Le cisaillement longitudinal est un autre aspect à considérer au moment des calculs de résistance d’un élément en bois. La réduction de l’aire transversale d’une section en bois causée par des ouvertures pour les connecteurs ou par des entailles influence la résistance au cisaillement.

 

 

La résistance en cisaillement d'une pièce de bois de charpente légère du groupe d'essence EPS no 1/no 2 est de 1,5 MPa tandis que les bois d'ingénierie structuraux, tels que les bois de charpente composites (LVL, PSL et LSL), peuvent atteindre des résistances en cisaillement allant de 2,8 à 3,65 MPa.

 

Compression et traction parallèle au fil (grain)

Puisque les cellules du bois sont toutes orientées dans le sens longitudinal, la structure interne du bois est comparable à une multitude de petits tubes soudés les uns aux autres. Cela fait en sorte que le bois est très résistant à la compression exercée dans le sens du fil (compression axiale). On doit cependant tenir compte du flambement au cours du calcul de la résistance à la compression d’éléments porteurs.


De plus, en raison de sa structure interne, le bois possède également une très bonne capacité en traction lorsque celle-ci est exercée parallèlement au fil. Par contre, la présence de nœuds dans une pièce tendue réduit la résistance en traction de celle-ci.

 

 

Compression et traction perpendiculaire au fil (grain)

La résistance à la compression exercée perpendiculairement au fil est inférieure à celle appliquée parallèlement au fil. Elle est principalement causée par la présence de charges concentrées ou par des contraintes exercées aux appuis des éléments fléchis. On utilise généralement des plaques d’appuis en acier afin d’augmenter la surface d’appui et ainsi de diminuer les effets de la compression perpendiculaire au fil.

 


La traction exercée perpendiculairement au fil doit être le plus souvent possible limitée car le bois possède très peu de résistance dans cette direction. Un effort radial exercé dans un élément courbé tel qu’une arche peut provoquer ce genre de sollicitation indésirable.

 

Compression oblique

La résistance relative à la compression oblique exercée est un rapport entre la compression parallèle au fil et la compression perpendiculaire au fil. La norme de calcul des charpentes en bois décrit la relation pour une résistance en compression oblique selon l'angle d'application de la charge.