Cecobois

Le bois est un matériau qui résiste bien aux attaques chimiques. Il est résistant aux matières organiques, aux solutions acides, aux émissions gazeuses et à l’air marin, par exemple. Les bâtiments en bois peuvent durer des siècles. Dans le cas de constructions dont les conditions d’utilisation présentent un risque accru de teneur élevée en humidité, l’emploi d’essences de bois durables, comme le cèdre, ou d’un bois ayant subi un traitement de préservation garantira la longévité.

Au Québec et ailleurs en Amérique du Nord, plusieurs vieux bâtiments en bois qui ont dépassé leur durée de vie utile sont démontrés et l’on recycle ou réutilise le bois. S’ils sont bien entretenus, les bâtiments de bois peuvent servir pendant des décennies, voire des siècles.

Un exemple notoire de bâtiment de bois durable d’une incroyable longévité est le Todaiji (« Grand temple oriental »). La construction de ce temple, l’un des plus célèbres au Japon, remonte à l’an 752 et c'est aussi le plus grand bâtiment de bois au monde.

La règle fondamentale de durabilité demeure toujours la même : assurer la sécheresse du bois. Cette règle s’applique autant aux habitations en colombages qu’aux grandes constructions à ossature de bois.

Pour en savoir plus :


Traitement de préservation contre la pourriture

La pourriture est un phénomène naturel qui transforme le bois en matière organique. Pour qu’il y ait pourrissement, quatre conditions sont essentielles et l’élimination d’une seule d’entre elles stoppe le pourrissement. Voici les quatre conditions :

  • Un apport en oxygène ;
  • Des températures se situant entre 20 et 30° C. La moisissure ralentit ou même arrête complètement sa croissance lorsqu’elle est exposée à des basses températures ;
  • Une teneur en humidité adéquate. En dessous de 20 %, la pourriture ne présente aucun danger ;
  • Un aliment (le bois). Un traitement sous pression à l’aide de produit chimique permet de neutraliser cette source d’alimentation.

Lorsque le bois est exposé aux intempéries ou à des conditions d'humidité élevées, il doit être traité avec un préservateur pour augmenter sa vie utile. Généralement, on utilise un traitement sous pression pour augmenter la pénétration et la rétention des produits chimiques. Les autres traitements superficiels tels que le trempage, la pulvérisation et le badigeonnage n'assurent pas la pénétration souhaitée et ne devraient être utilisés que pour traiter les extrémités des entailles faites au chantier. Récemment, le traitement ACQ fait du composé quaternaire de cuivre ammoniacal a été adopté en replacement des autres composés qui ont été jugés dommageables pour l'environnement. Le traitement d'imprégnation sous pression se fait dans des autoclaves. Afin d'augmenter une pénétration plus uniforme du produit de préservation, on pratique souvent des centaines de petites incisions sur toute la surface du bois, ce qui peut diminuer la résistance prévue des pièces ainsi traitées.

Outre les traitements chimiques, avoir une bonne ventilation et concevoir des détails de construction qui limitent les contacts entre l’eau et le bois permettent de minimiser les risques de prolifération de la moisissure.

Pour en savoir plus :